« Tabac Info Service : peu prisé ! | Accueil | PharmAmorin, un nouvel inhibiteur de pensée critique »

10/11/2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

bravo pour ce blog...clair et précis...

A signaler que certains tabacologues belges proposent un bâtonnet à mâchouiller comme technique (notamment) de sevrage dans la problématique gestuelle et comportementale. Un outil de plus dans la trousse de secours. Selon les tabacologues psychologues, le rite du mâchouillage serait étroitement lié à la recherche de valeurs premières de bien être que le candidat fumeur pense trouver dans sa première cigarette.

Voir http://www.yelove.be/

Yop >

Merci de cette suggestion. Pas de problème pour relayer ici une information à caractère 'commercial' on va dire. Je connais ces bâtons à mâcher et il m'arrive même de les conseiller à des personnes en mal de mâchouillage ou frustrés par l'arrêt de la gestuelle (c'est anodin, mais subjectivement il est des personnes qui y attachent de l'importance).

Il est surtout important de faire savoir que mâcher de la gomme à mâcher (restons en français, des canadiens nous lisent !) est un facteur de rechute. J'en interdis l'usage pendant un mois à compter de la dernière cigarette, ensuite chacun fera comme il lui plaît.

Une étude japonaise récente a en effet montré que mâcher stimule le cerveau et donc a un effet psycho-actif. Pourquoi s'en passer alors ? Parce que tout effet psycho-actif durant les semaines du sevrage est une amorce pour l'effet psycho-actif ULTIME qu'est une bouffée de tabac.

Tout se passe comme s'il y avait un hit parade des façons de se stimuler et que le cerveau en veuille toujours plus : il n'est jamais rassasié. Boire de l'alcool - ou faire l'amour - stimule, et donc donne envie de fumer. Comme un café. Chaque fois que l'on se stimule le cerveau peut générer une envie de fumer.

Je n'ai pas d'information précise sur les bâtons à sucer comme ceux vendus par Yelove, mais jusqu'à preuve du contraire je ferai l'hypothèse qu'ils ne stimulent pas le cerveau. Ils ont leur place dans la trousse de secours, comme avaler un verre d'eau ou faire quelques respirations amples de bon air.

Les sucreries, pour d'autres raisons sont aussi facteur de rechute : les limiter au début pour cette raison. Manger ne comble pas une envie de fumer, la meilleure preuve c'est le plaisir de la cigarette à l'issue d'un bon repas...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Suivre UnAirNeuf.org >

Google

Forums d'entraide pour cesser de fumer

Related Posts with Thumbnails

Google automatic translation