« Murray Jarvik, l’inventeur du patch de nicotine, n'est plus | Accueil | Les fumeurs bien portants sont des malades qui s'ignorent »

15/05/2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

OK, après avoir tout expérimenté, il me parait évident que c'est un échec. 50 envies de fumer, ce n'est pas beaucoup, le problème, c'est la façon relativement facile de les surmonter, sans croire que l'on va mourir.

Cette façon m'intéresse, qu'elle est-elle? Si c'est boire un verre d'eau et penser à autre chose, c'est sans doute approprié, mais je n'y parviens pas, tout simplement!

Merci...

entredeux >

La colonne de gauche indique quelques prestataires indépendants et la colonne de droite des ouvrages dont la lecture peut être utile (notamment les deux de Molimard). Le meilleur bouquin à mon avis reste celui d'Allen Carr, même si les médecins sont incapables de voir et comprendre pourquoi il est si efficace. Truc : le lire rapidement, sur un week-end par ex. pas une page par jour...

Si on n'y arrive pas tout seul, il faut se faire aider ! Pas de honte à ça.

Pour ma part j'interviens en entreprise (en groupe) mais pas - encore - pour des particuliers.

J'ai mes techniques, notamment pour la gestion mentale des envies de fumer : cela peut s'apprendre assez facilement et l'on peut cesser très sereinement de fumer si l'on sait comment faire. Mais je ne suis pas sûr que d'écrire et décrire cela soit utile : je le garde pour le face à face avec mes clients. Car le cerveau - drogué - fabrique 1001 astuces pour faire replonger le fumeur effectivement. Ceci peut se décrire. Mais en pratique, pour faire le geste ad hoc, savoir faire face, il faut des conseils précis en face à face ou par téléphone. On travaille avec l'inconscient.

Et contrairement aux molécules de l'industrie, les idées ne sont pas brevetable (faut me comprendre aussi), étant entendu qu'un arrêt c'est 6 heures de travail environ.

J'ai lu le bouquin d'Allen Carr, vous pensez bien, je vous disais que j'ai tout essayé... Allez, travailler avec l'inconscient, ça me connaît, mais il semble qu'Allen Carr n'ait pas su lui parler efficacement.

Mon cerveau drogué est redoutable, beaucoup plus futé que l'autre, le pas drogué. Ce qui sous entend qu'il resterait une partie de moi qui n'est pas droguée, il faut que je m'entretienne avec elle pour savoir qu'elle astuces mettre en place pour contrer le cerveau très très malin pour me convaincre que j'ai absolument besoin de cigarette pour vivre... Oui, faut voir! merci de votre réponse partielle!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Suivre UnAirNeuf.org >

Google

Related Posts with Thumbnails

Google automatic translation